Défi RSM du Grand Colombier le samedi 2 juillet 2005

Depuis quelques temps j'avais envie de rejoindre la Confrérie des Fêlés du Grand Colombier qui regroupe les cyclistes qui 'ont gravi ce col, toit du département de l'Ain, au moins deux fois dans la même journée (une face est + une face ouest).

Durant l'hiver dernier j'ai lancé l'idée d'un défi ckub afin dêtre un maximum de copains à tenter cette aventure le même jour, par petits groupes unis dans des objectifs communs en fonction des souhaits et des possibilités de chacun.

Après avoir fait monter la sauce durant le printemps et effectué deux sorties de reconnaissance, 20 candidats à ce défi ont commandé leur carte de route.

Et le samedi 2 juillet, nous sommes finalement 18 cyclistes à pied d'oeuvre par une belle journée (deux défections : François Bonhomme pour cause de bringue trop appuyée la veille au soir..., le coupable se fera pardonner en réalisant son objectif de deux ascensions dès le lendemain matin, et Stéphane Berger en raison d'une entorse, mais il a promis de réaliser 5 ou 6 grimpées au mois d'août...affaire à suivre).

Pour info : Site internet de la Confrérie des Fêlés du Grand Colombier : www.felesducolombier.fr

Reportage de notre envoyé spécial

Pour agrandir une photo, cliquer dessus.

7h00. Le premier groupe, parti pour 3 ou 4 montées, avait décidé de laisser les voitures au col, ce qui permettra de trouver eau, ravitaillement et vêtements secs en haut de chaque ascension.

Un beau ciel bleu, une température agréable, la journée s'annonce sous les meilleurs auspices. Les coupes-vent sont néanmoins de rigueur pour attaquer par la descente sur Culoz.

Sont présents : Francis Belard, Christian Dury, Laurent Fesquet, Jean-Paul Le Borgne, Philippe Lhuillier, Roland Pelletier, Rodolphe Trichard venu spécialement de Dax, David Vandenhecke, Pascal Venet et moi même, Pascal Weber.

Après 3 km de descente, Laurent crève au passage de la première barrière canadienne...rires !

Vue magnifique sur Culoz en bas, le Rhône et au loin le lac du Bourget. Entre les deux le Mont du Chat.

Peu avant Culoz nous croisons notre second groupe parti du bas pour deux ascensions (Culoz + Champagne en Valromey) : Alain Jacquetin dont l'épouse suit en voiture, Jean-Paul Tortet et Jean Traggiai venu avec un ami.

A culoz, nous nous séparons, laissant jean-Paul Le Borgne et Laurent qui ont décidé d'enchaîner Culoz, Anglefort et Champagne.

Qaunt à nous, en guise d'échauffement nous rejoignons Artemare, d'où nous nous élançons à 8h10 pour la 1ère grimpée par Virieu le Petit et ses fameux passages à 19 puis 22% !

En chemin, nous croisons le 3ème groupe parti plus tard du col pour 2 ascensions (Artemare + Anglefort). Il y a là Florent Avogadro, Michel Boyaval, Jean-Pierre Françon et Alain Goy.

Au sommet, atteint entre 1h13 et 1h30 plus tard, regroupement général. Nous y retrouvons le groupe croisé avant Culoz ainsi que Laurent et Jean-Paul qui les ont suivi et arrivent en même temps que nous.

Ici pause café pour Francis,

tandis que christian enfile un maillot sec.

Pascal Venet, dit "Spader", qui envisageait de pousser jusqu'à 4, commence à se dire que 3 montées suffiront peut-être...

Au moment de repartir, nous voyons arriver Florent et Alain, à la tête de leur groupe, qui en finissent eux aussi pour le versant Artemare.

Tandis que Laurent et Jean-Paul descendent sur Anglefort, où il croiseront en remontant Alain Goy, Florent, Jean-Pierre et Michel qui les suivent de peu, Alain Jacquetin, Jean-Paul Tortet, Jean Traggiai et son invité descendent sur Champagne pour remonter par Lochieu.

Pour notre part, nous entamons notre 2ème descente sur Culoz.

En bas c'est simple, il suffit de pointer sa carte de route avec la pince accrochée au dos de la pancarte, de retourner les vélos et hop..., c'est reparti pour 18 km !

La montée par Culoz présentant une partie dans la pierraille au milieu des vignes, il est prudent de se dévétir avant d'attaquer ce versant qui est redoutable sous la chaleur. Nous quittons Culoz à 10h23.

J'ai pris un peu d'avance pour photographier mes compères dans les S qui surplombent cette vallée magnifique, ici Jean-Pierre et Philippe en plein effort,

deux lacets plus bas, Roland

en tenue légère, le maillot accroché sous la selle,

suivi de peu par Spader tout sourire (il a passé sa jeunesse à Culoz !),

puis par Francis (pris de dos car au 1er cliché j'ai éteint mon appareil au lieu de déclencher la prise de vue...)

Christian, notre vététiste Champion Ufolep de l'Ain 2005, chevauche aujourd'hui une monture allégée, sans suspension et avec des pneus route

Rodolphe commence à ressentir les 1ères crampes. Il grimpait tel un cabri il y a 3 ans, mais l'apprentissage de son futur métier de pilote d'hélicoptère de l'Armée de Terre ne lui laisse quasiment pas de temps pour s'entraîner...

et enfin David qui ferme la marche, visiblement un peu à la peine.

Au sommet, atteint peu après 11h45, il est l'heure pour ceux qui comptent repartir pour leur 3ème grimpée de faire une pause casse-croûte, arrosée d'un bon Bordeau amené par Roland.

Laurent (et Jean-Paul) en a fini de sa 2ème grimpée par Anglefort. Il nous la raconte pour nous mettre en bouche...

Rodolphe décide d'en terminer là pour cette fois-ci, il recommencera quand il aura retrouvé une condition telle celle qui lui permit de monter sur le podium de sa catégorie dans "les Boucles du Verdon" il y a 3 ou 4 ans.

Objectif atteint pour Alain Jacquetin, (ainsi que Jean-Paul Tortet et Jean Traggiai). Ils sont remontés de Champagne en Valromey.

Le ciel s'étant couvert pour nous préserver de la chaleur, Alain déjeune avec son épouse dans le coffre de sa voiture. Drôle d'endroit pour un repas aux chandelles !

Tiens, voilà Alain Goy et Florent qui arrivent d'Anglefort,

bientôt suivis par Jean-Pierre zigzaguant (il en rajoute un peu tout de même !),

et michel. Pour eux aussi l'objectif de deux ascensions est atteint, il ont réservé une table à l'auberge du col pour fêter ça dignement en famille.

Tandis que certains partent au resto ou rentrent chez eux, Jean-Paul Le Borgne, Christian et Laurent descendent sur Champagne pour leur 3ème face.

Après moulte palabres, j'ai finalement décidé Spader, Roland et Jean-Pierre à descendre sur Anglefort avec Philippe et moi, ce qui leur permettrait de terminer par Champagne (la face la plus facile) si jamais ils se sentaient d'attaque pour une 4ème montée.

A Anglefort, on recommence, on pointe et on retourne son vélo, n'est-ce pas Jean-Pierre ? Il connait bien cette montée pour l'avoir déjà grimpée en courant lors du Tour de L'Ain pédestre.

Spader a bien apprécié la descente à sa juste valeur et commence à calculer le temps nécessaire pour remonter à pied ! 3h00ou 3h15 ?

Il a pourtant l'air encore frais non ?

Et c'est reparti pour la 3ème. Jean-Pierre vient de passer, mon appareil était encore éteint !

Ici Philippe,

puis Roland, qui ne va pas tarder à gérer ses crampes en alternant marche et pédalage...

et Spader, ...toujours sur son vélo.

Une petite photo du plateau de Surlyand, prise à 3 km du sommet, qui me rappelle un 30 km en ski de fond couru sur ces mêmes lieux il y a 3 ans.

Quand je vous disais que Spader avait encore l'air frais c'était en bas, 1h37 plus tôt !

Alors Pascal, un coca et une petite dernière pour finir ?

Aujourd'hui, tr..tro..trois ça suffit, promis 4 la prochaine fois ! Parole d'ivrogne ?

(contrairement aux apparences il n'a rien bu à part ses bidons)

Jean-Pierre, Roland et Spader ont donc eux aussi atteint leur objectif initial de 3 grimpées. Les voilà Maîtres de la Confrérie des Fêlés du Grand Colombier.

Il seront rejoints dans un quart d'heure par Jean-Paul, Christian et Laurent qui remontent de Champagne.

Justement, voilà Laurent, à 300 m de son objectif, avec le sourire de celui qui a réussi son pari, même si celà a été dur par moments.

A Champagne, nous nous retrouvons Philipe et moi vers 15h45.

Il ne nous reste plus que 19 km pour remonter là-haut !

Cette face est la plus facile. D'ailleurs elle commence par de la descente (bon d'accord il a fallu monter avant et il faudra remonter après, mais une descente ça ne se refuse pas)

Une petite photo de dos de mon compère Philou qui vient de passer le carrefour avec la route montant d'Artemare. Un replat qui fait du bien !

A deux, nous entonnons la chanson de Ferrat, que la montagne est belle !

A deux km du sommet, Philippe tient ses quatre ascensions, il sera Grand Maître de la Confrérie !

Objectif atteint à 17h10 pour nous deux. Entre Grands Maîtres, on trinque avec une bonne bière.

Les nuages se sont évacués sur la Haute Savoie,

la croix domine le Col. De son emplacement la vue à 360° est magnifique .

Il est temps de redescendre après un dernier regard sur le sommet

et sur le Valromey qui s'étend à l'ouest.

Notre Défi club fut une réussite tant pour l'ambiance que pour les performances.

Au bilan, après validation par l'organisateur, la RSM s'empare de la tête du Challenge des Clubs les plus Fêlés avec 19 licenciés Membres de la Confrérie, dont 11 Maîtres et 2 Grands Maîtres.

A la santé de la Roue Sportive et de ses Fêlés !